-= Forum Steampunk Francophone =-
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une Vieille Maîtresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keir
-= Co-Admin/ Keunard =-
avatar

Masculin Messages : 1466
Date d'inscription : 16/07/2009
Localisation : Montpellier

-= Profil à vapeur =-
*:

MessageSujet: Une Vieille Maîtresse   Jeu 13 Aoû - 21:58




Paris, 1835...
Comme pour conjurer les soubresauts de l'époque, la noblesse se pique au jeu des Liaisons dangereuses, (un demi-siècle après la publication du roman épistolaire de Choderlos de Laclos), feignant de se croire encore au siècle des Lumières.
La Marquise de Flers décide de marier sa petite fille, fleuron de l'aristocratie française, avec Ryno de Marigny, une sorte de Valmont romantique.
Mais ce que tout le monde ignore c'est que ce Don Juan, impénitent, est depuis 10 ans l'amant et la proie d'une courtisane scandaleuse, démon de la séduction, fille naturelle d'une duchesse et d'un toréro.




Spoiler:
 

Spoiler:
 




Pour sa première plongée dans le passé, Catherine Breillat ne pouvait choisir meilleur poisson pilote que Barbey d'Aurevilly, dont elle a adapté Une vieille maîtresse. La chroniqueuse de la guerre entre le désir des hommes et celui des femmes met ainsi en scène une histoire dont la brutalité et la sensualité immédiates font écho à ses films passés, tout en explorant d'autres façons, aujourd'hui disparues, de se vouloir, de se posséder et de se faire souffrir.



Sous la monarchie de Juillet, on était vieux très jeune, et la femme qu'évoque le titre, la Malagaise Vellini, vient juste de passer la trentaine. Elle a les traits sans cesse changeants d'Asia Argento, qui passe de la furie adolescente au désenchantement sans âge dans le même plan. La Vellini, qui vit de la générosité de ses amants, entretient depuis des années une liaison destructrice avec Ryno de Marigny (Fu'ad Aït Aattou), un noble désargenté qui s'apprête à épouser Hermangarde (Roxane Mesquida), riche héritière placée sous le chaperonnage de sa grand-mère, la marquise de Flers (Claude Sarraute).



Une bonne partie du film est consacrée à la relation que Ryno fait à la marquise de sa liaison avec Vellini. Et c'est là que se trouve le meilleur d'Une vieille maîtresse. Catherine Breillat s'abandonne sans réserve à la fascination que lui inspire son interprète, lui livrant en pâture le jeune Fu'ad Aït Aattou. On dirait que l'acteur débutant se débat contre sa partenaire comme le personnage essaie, toujours en vain, d'échapper à sa maîtresse.



DANS LA FOULE ARISTOCRATE

Il y a de belles séquences en chambre, dont Catherine Breillat maîtrise si bien la mise en scène, qui prennent une couleur étrange tant le corps tatoué d'Asia Argento jure avec l'idée que les romanciers du XIXe siècle ont laissée de l'amour en leur temps.



Mais ces amants se meuvent dans un univers factice, dont on dirait que la réalisatrice ne sait que faire. La reconstitution historique est un art coûteux, et même si Une vieille maîtresse est un film de belle apparence, il lui manque de grandes scènes qui auraient permis d'inscrire la Vellini et Ryno dans la foule aristocrate. On aurait aimé que la partie provinciale du film s'installe ailleurs que dans le sempiternel décor du Fort La Latte( Les Vikings, Le Parfum de la dame en noir...).



Le film souffre aussi de l'ambivalence de Catherine Breillat face à son matériau. Parfois, elle le prend à contrepied. Alors que Barbey d'Aurevilly décrit les figures patriciennes de la marquise de Flers et de son amie la comtesse d'Artelles, la réalisatrice a confié les rôles à des interprètes - Claude Sarraute et Yolande Moreau - qui tirent avec entrain les conversations de salon vers le commérage. Il faut l'entrée de Michael Lonsdale en vicomte de Prony dans les intrigues qui préparent les noces d'Hermangarde et Ryno pour que l'on sente enfin les quatre quartiers de noblesse.



La satisfaction que l'on tirera d'Une vieille maîtresse dépendra donc du crédit que l'on fera à Asia Argento. Or l'actrice trouve ici un rôle à la mesure d'un talent sans cesse plus complexe.


Spoiler:
 

_________________
Ce qu'il y a de merveilleux dans le monde, c'est l'infâme bétise des genres incompris...

http://dreams-by-dareen.over-blog.com/
Keir se prend pour un demi-Dieu !!!
http://jdkl.ophibox.com/Boudoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jdkl.ophibox.com/Boudoir
 
Une Vieille Maîtresse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la plus vieille horloge de Paris
» Tresse au saumon
» Les fusées de détresse
» tresse fromage jambon béchamel photo
» Détresse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Steamforum :: Univers Steampunk. :: Steam-média :: Films et séries télévisées.-
Sauter vers: